«

»

Sep 16

Stress au travail: un risque accru de crises cardiaques

Stress au travail: un risque accru de crises cardiaques.

Une étude européenne menée sur 200.000 travailleurs révèle un risque accru d’infarctus de 23% en cas de stress au travail.

Usine textile au Bangladesh, près de la capitale Dhaka. Les travail à la chaîne est typique des conditions de stress décrites par les chercheurs pour leur étude en Europe: demandes fortes et marges de manoeuvre faibles.<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
(KHAN PALASH/SIPA)

Usine textile au Bangladesh, près de la capitale Dhaka. Les travail à la chaîne est typique des conditions de stress décrites par les chercheurs pour leur étude en Europe: demandes fortes et marges de manoeuvre faibles. (KHAN PALASH/SIPA)

En diminuant le stress de leurs employés, les entreprises pourraient réduire le nombre d’infarctus dont ils souffrent dans une proportion non négligeable. C’est la conclusion d’une étude européenne sur les effets du stress au travail.

En regroupant les résultats portant sur 200.000 personnes, à travers 13 cohortes suivies en France et dans 6 autres pays de l’UE (1), les chercheurs européens ont pu confirmer le lien entre le stress au travail et les accidents cardiovasculaires :

«le risque est accru de 23% pour les personnes exposées au stress, en comparaison de celles qui n’y sont pas exposées.»

Ce chiffre est obtenu une fois pris en compte d’autres facteurs, liés à l’âge, au mode de vie, etc..

Beaucoup de boulot et peu de liberté de décision

De précédentes études s’étaient intéressées à ce lien mais les résultats n’étaient pas totalement concluants, précisent les chercheurs de ce vaste consortium européen (IPD-Work). L’un des problèmes méthodologiques posés par ce type d’étude est la définition et l’évaluation du stress. Pour cette étude, la définition est claire :

le stress au travail est la combinaison d’une forte demande et d’une faible marge de manœuvre. Est stressé(e) celui ou celle dont on exige beaucoup mais qui n’a pas -ou très peu- d’autonomie et de contrôle sur les décisions.

15% des travailleurs subissent un stress au travail, relèvent les chercheurs, qui publient leurs travaux aujourd’hui dans la revue médicale The LancetAu cours des 7 années de suivi, les chercheurs ont recensé 2.356 infarctus (qu’il s’agisse d’une première alerte ou d’un accident mortel). 3,4% sont attribuables au stress subi au travail.

Près de 4.000 infarctus en France

En France, sur les 100.000 à 120.000 infarctus annuels, «cela correspondrait tout de même à environ 3.400 à 4.000 accidents imputables à ce facteur de risque» souligne dans un communiqué l’épidémiologiste Marcel Golderg, de l’Inserm, qui a mené ces travaux en France avec ses collègues Archana Singh Manoux et Marie Zins (Inserm/Université Versailles St-Quentin).

Prévenir le stress au travail réduirait donc ce risque, concluent les chercheurs, et pourrait avoir un effet domino sur les consommations de tabac et l’alcool, souvent liées au stress, et qui sont deux gros facteurs de risques cardiovasculaires.

Source:  Cécile Dumas
Sciences et avenir
14/09/12

 (1) Belgique, Danemark, Finlande, Suisse, Pays-Bas et Royaume-Uni. En France l’étude a porté sur la cohorte GAZEL constituée de 20.000 agents d’EDF-GDF, suivie depuis 1989. Des résultats sur la retraite et la santé ont déjà été publiés à partir de cette cohorte.  

Rêvez, Créez et Vivez une Merveilleuse Vie…

Yanick LeBlanc

www.vision-action.over-blog.com

www.visualisationcreativerelaxation.com

www.mypurecreation.biz/yanickleblanc

www.formation-rcr-secourisme.com

 

Laisser un commentaire

WordPress SEO fine-tune by Meta SEO Pack from Poradnik Webmastera